Crédits photos et Vidéos : Ville de Deauville, Alexandre Justin, Philippe Dalisson, Thepinkrunner.fr

« Allô c’est Sandrine, j’ai ma meilleure amie Noëlle qui a dans l’idée de créer une course chez elle, tu voudrais bien que je te mette en contact avec elle pour répondre à ses questions? » C’est par ces quelques mots que l’aventure a commencé et j’étais bien loin de m’imaginer que 2 ans après je me ferais 6h de route sous des trombes d’eau pour participer à cette superbe épreuve!

Arrivé le vendredi soir, outre le fait d’être hébergé par la Maîtresse de cérémonie, j’étais convié au grand repas d’avant course avec bon la plupart de ceux et celles qui, le lendemain allait tout faire pour que les 520 coureurs (record de participation!) soient accueillis dans les meilleures conditions possible. L’impression déjà de faire partie de la famille tellement je suis bien accueilli!

Les sourires en disent long sur la joie d’être là ensemble malgré la pression du lendemain

La nuit fût courte mais réparatrice avant de se lever relativement tôt pour participer quelque peu aux derniers préparatifs de la course histoire de ne pas gamberger et la vivre intensément tout le week-end.

Je suis toujours fasciné et émerveillé de voir toutes ces personnes qui donnent de leur temps pour que nos épreuves existent. Sans eux rien n’est possible, c’est très important de le rappeler pour certains.

Nec Plus Ultra, un village course et un écran géant qui diffuse en boucle la vidéo de l’Ultra Trail d’Angkor pour donner envie.

La matinée passe très vite et il est temps pour moi de penser un peu à la course. Le temps est magnifique mais il y a beaucoup de vent ce qui fait craindre pour le début d’épreuve le long de la plage et ce pendant plus de 4kms.

Après ce long préambule, le départ est donné, libérant les 280 coureurs du Semi, je suis volontairement devant une nouvelle fois, non pas pour la performance mais pour éviter d’être bloqué avant d’attaquer la partie plage.

Le peloton reste groupé face au vent
Tous les 500m un obstacle à franchir en plus
Magnifique

C’est un début de course somptueux entre la mer, le vent et la plage mais personne ne s’aventure à partir seul devant tellement le vent de face est violent. Je suis toujours dans les 15/20 premiers à ma grande surprise mais ceci explique sans doute cela. Les jambes répondent bien mais j’essaye d’en garder un peu car une terrible cote est annoncée au 12éme km.

Effectivement, après un parcours quasiment plat jusque là, c’est un mur qui se dresse devant nous. Comme beaucoup, j’ai beaucoup de mal à ne pas marcher. Heureusement David m’avait prévenu qu’il ne fallait pas accélérer après la première partie parce qu’ensuite la suite était encore pire!

Heureusement le jeu en vaut la chandelle car entre les magnifiques passages en forêt et la vue sur la mer, les paysages sont somptueux. je n’ai pas pu prendre le temps de prendre des photos!

Je me régale vraiment entre les montées, descentes en pleine forêt et la « bagarre » qui s’engage entre les « vieux M2 » pour la 3éme place symbolique puisque seul le premier est récompensé. Je suis tellement heureux d’être là avec eux que je ne vois pas les kms défiler. Passage dans les marais pour finir et c’est déjà la fin.

Beaucoup de monde à l’arrivée pour conclure c’est tout simplement magique.

264 arrivants au final et un objectif largement atteint en vue de mon 1er Marathon au Québec le 13 Octobre puisque je visais les 1h40. Petite vidéo de Philippe Dalisson pour vous donner une idée des conditions mais aussi et surtout pour vous donner envie de venir.

Avec Noëlle et les ami(e)s de Casiopéea

Le banquet d’après course avec les bénévoles, élus et sponsors dans la halle

Poulet Basquaise

Superbes rencontres, super week-end et course à faire absolument. J’y serais en 2020 et vous?

arrow